Subvention de 350 000$ pour Lux Aerobot Le Lac-St-Jean
Par amk, 30/05/2022

Subvention de 350 000$ pour Lux Aerobot Le Lac-St-Jean

Alma –L’entreprise d’Alma Lux Aeorobot se voit accordée une subvention de 350 000$ par l’Agence spatiale canadienne. Une somme que l’entreprise de robotique spatiale compte investir dans la mise au point d’un nouveau modèle d’apprentissage automatique permettant de lutter plus efficacement contre les feux de forêt.

« Les modèles d’apprentissage automatique, ce sont des modèles d’intelligence artificielle », résume d’entrée de jeu Katrina Albert, cofondatrice de LUX Aerobot avec le Dolmissois Vincent Lachance.

Elle soutient que cette technologie permettra de procéder à une analyse plus rapide des images capturées par les caméras dont sont équipés les ballons stratosphériques conçus par Lux Aerobot.

Subvention de 350 000$ pour Lux Aerobot Le Lac-St-Jean

Actuellement, il faut attendre que les images soient retransmises aux ordinateurs se trouvant sur Terre avant qu’elles ne puissent être analysées. Une étape qui pourra être évitée puisque le nouveau modèle d’apprentissage automatique pourra faire le travail directement à bord des ballons.

« Les modèles vont analyser les images de feux de forêt dès qu’elles sont prises par les ballons. Donc, on va savoir plus rapidement où sont les feux de forêt. On pourra également faire une analyse prédictive de où se dirigent-ils. »

Cela facilitera la tâche aux autorités sur le terrain étant donnée que celles-ci recevront uniquement des informations déjà traitées, poursuit Katrina Albert, précisant « qu’ils auront vraiment juste les informations pertinentes. »

Ultimement, cela signifie que l’ampleur des feux de forêt pourra être diminuée, tout comme les dommages matériels et environnementaux dont ils sont responsables.

Précisons que la subvention de 350 000$ a été octroyée à Lux Aerobot dans le cadre du Programme utiliTerre de l’Agence spatiale canadienne, un programme voué aux activités de développement d’applications en observation de la Terre.

Mots clés: