Afghanistan. Les demandes de rapatriement des familles de réfugiés afghans sont désormais possibles
Par amk, 31/07/2022

Afghanistan. Les demandes de rapatriement des familles de réfugiés afghans sont désormais possibles

Après la prise de l’Afghanistan par les talibans, plusieurs évacuations sont actuellement organisées pour rapatrier les expatriés français ainsi que les personnes en danger ayant travaillé pour l’armée française.

Suivez notre direct dédié à l’Afghanistan

Plusieurs expatriés déjà rapatriés

Ce 19 août, un avion est attendu dans l’après-midi à l’aéroport Roissy CDG à Paris, avec à son bord, des intellectuels afghans tels que des journalistes, des chercheurs, et des universitaires accompagnés de leur famille.

Mais qu’en est-il du rapatriement de familles des Afghans déjà sur le sol français ? L’association WATIZAT qui milite pour l’accès à l’information des personnes exilées et édite un guide multilingue (français, anglais, arabe, pachto et dari) depuis 2018, donne des indications à ce sujet. WATIZAT a pris contact avec le centre de crise du Ministère des affaires étrangères et a mis en ligne des informations quant aux demandes de rapatriement des familles.

Le fait de faire une demande ne garantit pas qu’il y aura un rapatriement.

Droit à la réunification familiale

Les articles L. 752-1, L. 812-5, R. 752-1 à 3 et R. 812-4 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile indiquent que si vous êtes bénéficiaires du statut de réfugié, d’apatride, de la protection subsidiaire en France, d’un titre de séjour ou demandeur d’asile, vous avez le droit de bénéficier de la réunification familiale.

Selon l’association WATIZAT, pour que la demande de rapatriement de sa famille soit prise en charge par le centre de crise et de soutien, il est nécessaire que les personnes à rapatrier soient en Afghanistan, et qu’il y ait un lien familial (époux, enfants, parents, frères, sœurs, cousins). Il est important de prévoir les informations suivantes pour les personnes de votre famille : nom, prénom, date de naissance, lien familial, numéro de téléphone et une adresse e-mail.

Afghanistan. Les demandes de rapatriement des familles de réfugiés afghans sont désormais possibles

Si les personnes se trouvent en dehors d’Afghanistan (en Iran, en Inde, etc.), elles doivent directement contacter l’ambassade de France dans ces pays : pour l’instant, l’ambassade de France au Pakistan a fermé pour une durée indéterminée. Mais il est toujours possible de se tourner vers l’ambassade de France en Iran ou à New Delhi.

Les personnes en danger peuvent se signaler

Les personnes craignant d’être persécutées en Afghanistan pour leurs actions envers les droits humains, les artistes et les intellectuels peuvent se signaler à la cellule de crise même s’ils n’ont pas de lien direct avec la France.

Il n’est pas nécessaire d’être la personne directement concernée pour appeler : les bénévoles et les associations peuvent appeler pour déclarer la famille ou la personne en question.

Ces appels donneront lieu à la mise en place d’une liste. Il n’y a pour l’instant aucune garantie de rapatriement mais les signalements seront tous pris en compte. Mieux vaut prévoir 2 h de temps libre pour avoir une réponse.

La cellule est joignable 24h/24 au + 33 1 53 59 11 10 ou par e-mail à l’adresse suivante : alertes.cdc@diplomatie.gouv.fr.

Aucun auxiliaire afghan encore rapatrié

Plusieurs avocats se battent pour que les personnels civils de recrutement local (PCRL) ayant travaillé comme interprètes ou cuisiniers auprès de l’armée française, soient rapatriés au plus vite sur le sol français. Leur crainte est que ces derniers soient considérés comme des traîtres pour les talibans et en danger de mort.

Magali Guadalupe Miranda, avocat au Barreau des Hauts-de-Seine, a indiqué sur Twitter « qu’aucun des 170 PCRL dont les noms et coordonnées ont été communiqués » n’ont, pour l’instant, été rapatriés.

Lire aussi :Afghanistan. Des avocats se battent pour faire rapatrier les Afghans qui ont servi la France

Selon Quentin Müller, journaliste spécialisé sur le Yémen et auteur du livre « Tarjuman. Enquête sur une trahison française », l’armée française emploie environ 3640 auxiliaires, principalement au Sahel). Entre 2001 et 2014, au moins 800 Afghans auraient servi l’armée française.

Partager cet article
Afghanistan. Les demandes de rapatriement des familles de réfugiés afghans sont désormais possiblesOuest-France.fr
Mots clés: