Les intelligences artificielles seraient racistes
Par amk, 05/07/2022

Les intelligences artificielles seraient racistes

byNick Olaizola28 janvier 2022

Ces dernières années, l’intelligence artificielle a connu un développement remarquable. Elle est intégrée dans tous les outils informatiques que nous utilisons dans nos vies de tous les jours, à un point où nous en sommes de plus en plus dépendants. D’ailleurs, du fait de la place qu’elle a gagnée au sein de la communauté, elle a pu regrouper une énorme quantité d’informations sur son environnement. Elle en a besoin pour l’amélioration de ses performances et de son fonctionnement.

Le système intelligent a la capacité de distinguer les discriminations sur la race, le sexe et ainsi que l’âge. Avec son niveau actuel, l’IA semble avoir catégorisé son appréhension du genre humain. C’est là l’un de ses points faibles des algorithmes d’aujourd’hui. Il est vrai que l’IA offre maintes possibilités à l’humanité, mais elle la rend également plus faible et vulnérable.

Des études menées par les chercheurs Inioluwa Deborah Raji de l’Université de Toronto et Joy Buolamwini du MIT montrent que les résultats sont meilleurs sur les visages à peau plus claire.

Des discriminations en rapport avec la race, le sexe et l’âge

Les intelligences artificielles seraient racistes

C’est l’un des problèmes les plus courants auxquels la pensée artificielle est confrontée chaque jour. Les résultats de l’étude ont montré que le système intelligent discrimine les femmes et les personnes de couleur plus foncée. Naturellement, cette approche discriminatoire de l’IA est potentiellement dangereuse. Elle constitue ainsi un réel problème à résoudre afin de prévenir encore plus de maux dans les sociétés actuelles.

Le système de reconnaissance des IA auraient également une approche discriminatoire au niveau de l’âge. Cette discrimination s’appelle l’âgisme. Elle se définit comme un comportement de ségrégation à l’encontre des personnes âgées. Ce système d’identification peut corrompre les informations d’un grand nombre de personnes à l’âge avancé, ce qui peut s’avérer redoutable pour l’avenir de la société modernisée.

Pas de liberté pour l’IA pour l’instant !

Cette « attitude discriminatoire de l’IA » serait due à la collecte massive de données avec laquelle le cerveau électronique s’entraîne. Certaines données qui leur sont fournies ne seraient pas en avec ce qui est « politiquement correct ».

Dans tous les cas, cette faille tend à prouver que l’on ne devrait pas encore confier une totale liberté à la machine intelligente, car elle commet aussi des erreurs. Pour l’heure, l’intelligence artificielle semble biaisée par des préjugés et des stéréotypes profondément ancrés dans l’inconscient collectif.

SOURCE : TECHEXPLORE

Mots clés: