[Avis d'expert] Démocratiser le savoir de l’IA pour ouvrir le champ des possibles
Par amk, 06/06/2022

[Avis d'expert] Démocratiser le savoir de l’IA pour ouvrir le champ des possibles

Le dernier numéro

Présente au quotidien, l’intelligence artificielle est encore une source d’incompréhension pour de nombreuses personnes. Selon une étude menée par le collectif IA for my people, cette nouvelle technologie se démocratise plus ou moins efficacement en fonction de l’âge ou encore de la profession des Français.

Dès lors, compte tenu de ces disparités, et de l’importance que prend l’intelligence dans notre quotidien, sommes-nous à l’aube d’une nouvelle fracture numérique ? Alors même que celle observée avec l’apparition d’internet ne s’est pas encore résorbée, selon la mission d’information du Sénat « Lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique », 14 millions de Français ne maîtrisent pas le numérique et près d’un sur deux n’est pas à l’aise avec ces outils. Difficultés accrues pour trouver un emploi, exclusion sociale, le manque de compétences numériques constitue un handicap pour bon nombre d'activités. C'est pourquoi l’État continue de mener des politiques publiques pour lutter contre cette fracture.

Embarquer le plus grand nombre dès à présent

[Avis d'expert] Démocratiser le savoir de l’IA pour ouvrir le champ des possibles

Afin de réduire cette disparité face à intelligence artificielle, il est essentiel de distinguer la théorie de la pratique. Concernant cette dernière, les exemples d'applications concrètes ne manquent pas. Détection de particules Covid dans les poumons de patients infectés, classification automatique de transactions bancaires, chaque moment de notre vie peut être lié à l’IA. Grâce à un usage répété, l’intérêt de cette nouvelle technologie devient plus limpide et suscite une envie de creuser un peu plus loin.

Pour la théorie, la vulgarisation est la seule façon de toucher le plus grand nombre et de rendre l’intelligence artificielle moins mystique. La sphère scientifique reste assez fermée. Aussi brillants soient nos chercheurs et nos experts, encore trop peu font et peuvent faire cet effort. Or, chacun devrait être en mesure d’expliquer en des termes concis et compréhensibles ce que représente cette nouvelle technologie et son fonctionnement afin de tendre vers un partage des connaissances.

Enfin, l’IA doit inclure, dès sa conception, une dimension explicative et pédagogique. Cela passe par le design de la solution en impliquant son utilisateur à chacune des étapes afin que son usage et son fonctionnement soient mieux assimilés. En d’autres termes, si la machine prend une décision, les éléments sur lesquels sont fondés ce choix doivent être expliqués.

Avec l’aide de toutes les institutions

Dans la continuité de leurs efforts pour l’inclusion numérique, les politiques publiques doivent tenir un rôle central pour favoriser la propagation et la compréhension de l’intelligence artificielle. Il convient de proposer des formations personnalisées, où l’IA devient un outil apprenant pour que les individus puissent tirer parti de la machine au lieu d’entrer en concurrence avec elle. Ce combat pour la connaissance est aussi celui de l’émancipation. Les attentes sont bel et bien là, puisque 75% des Français se disent favorables à la création d'un dispositif d’apprentissage et de partage de l’intelligence artificielle, selon IA for my people.

Cette démarche doit aussi se poursuivre et s’intensifier auprès de la jeunesse afin d’instituer un socle commun autour de l’intelligence artificielle. C’est tout un univers d’apprentissage qui doit s’ouvrir au sein de l’Éducation nationale, en commençant par le codage. Plus que leur en donner une définition exacte, nous devons offrir aux jeunes la possibilité et la capacité de se saisir de cet outil afin qu’ils apprivoisent son potentiel créatif.

Pour rêver plus grand

Tout comme internet est venu bouleverser notre quotidien, l’intelligence artificielle va irriguer notre société. Elle est là pour automatiser et nous aider à prendre de meilleures décisions. Sans l’homme, son développement n’aurait aucun sens. Il faut accompagner cette utilisation du facteur humain, essentiel à la conception de l’intelligence artificielle. Pour que cet usage puisse prendre tout son sens, il est impératif que chacun puisse avoir accès à ce nouveau champ des possibles.

Nous sommes à la croisée des chemins, nous devons investir dans le partage de la connaissance pour profiter de ce formidable levier d’opportunité et de croissance. À mesure que l’IA progresse, nous devons adapter notre formation afin que l’ensemble de notre société et de notre économie profitent de ses bénéfices. Selon un rapport de l’International Data Corporation (IDC), les revenus mondiaux du marché de l’intelligence artificielle devraient atteindre 341,8 milliards de dollars en 2021. Un montant conséquent qui devrait encore grimper en 2022, avec une croissance de 18,8 %. Cependant, seules 6% des entreprises françaises font appel à cette technologie.

Afin de ne pas accumuler une dette technologique trop importante, il ne tient qu’à nous, ingénieurs, décideurs, chercheurs, de montrer la voie, en prenant le problème à la base et en permettant un partage des connaissances. Il ne tient qu’à nous d’embarquer le plus grand nombre dans cette formidable révolution, où chacun pourra rêver plus grand grâce à l’intelligence artificielle.

Arthur Llau, directeur de la recherche sur l'intelligence artificielle pour Flowlity et enseignant à la Sorbonne

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la responsabilité de la rédaction de L'Usine Nouvelle

Mots clés: