Caché sous une toile de 1903, un nu de Picasso «restauré» à l'aide de l'intelligence artificielle
Par amk, 12/04/2022

Caché sous une toile de 1903, un nu de Picasso «restauré» à l'aide de l'intelligence artificielle

Le Picasso bleu en cachait un autre. Conservé au Metropolitan Museum de New York depuis 1950, Le Repas de l'homme aveugle cache bien son jeu. Courbée sur sa pitance, un quignon de pain dans la paume, une petite cruche effleurée du bout des doigts, une figure masculine à l'écharpe pervenche paraît ailleurs. Peut-être pense-t-il à la femme, accroupie et nue, qui l'habite ? Celle-ci n'a rien d'une chimère ; à l'abri des regards, sous la surface des pigments de cette toile peinte en 1903 par Pablo Picasso, se déploie une silhouette féminine. Identifiée en 2010, à la faveur d'une analyse du tableau aux rayons X, elle reprend aujourd'hui vie avec une reproduction grandeur nature réalisée par deux chercheurs de l'University College London.

À lire aussiÀ Lens, l’histoire d’amour et de détestation entre Picasso et le Louvre révélée

Anthony Bourached et George Cann n'ont pourtant rien de peintres retardataires de l'école picassienne, ni d'imitateurs virtuoses de l'artiste espagnol. Ils sont, en revanche, spécialistes en neurologie et en physique. Dans le cadre de leur projet artistique Oxia Palus, les deux chercheurs s'appliquent à faire revivre une sélection de toiles perdues, au moyen de l'intelligence artificielle et de l'impression 3D ; un système déjà employé sur une toile d'Amedeo Modigliani et sur un paysage de Picasso découvert dans les entailles pigmentées de la Miséreuse accroupie.

Pour Le Repas de l'homme aveugle, les scientifiques ont ainsi travaillé à partir d'un relevé affiné du tableau obtenu par spectroscopie de fluorescence des rayons X. Le procédé leur permet de retrouver le tracé du premier dessin saisi par Picasso sur la toile, qu'ils ont soumis à un réseau de neurones artificiels. Affûtée aux différentes peintures et au style de l'artiste, l'intelligence artificielle a brodé pour reconstituer avec vraisemblance l'intégralité de l'œuvre d'origine, inachevée et recouverte par la scène de l'homme attablé.

Caché sous une toile de 1903, un nu de Picasso «restauré» à l'aide de l'intelligence artificielle

La reconstitution de la femme accroupie proposée par l'intelligence artificielle a alors été imprimée en 3D, avec une reproduction en relief de la texture de la toile et des coups de pinceaux de l'Espagnol. Achevée par une machine, plus d'un siècle après avoir été repeinte par Picasso, cette œuvre hybride a été présentée du 13 au 17 octobre à la Morf Gallery, à Londres, à l'occasion de la foire AI Art consacrée aux œuvres d'art réalisées à l'aide d'intelligences artificielles.

La femme de La Vie

«J'espère que Picasso serait heureux de savoir que le trésor qu'il avait caché pour les générations futures est enfin dévoilé», a affirmé George Cann dans un communiqué de l'University College London. «Nous soupçonnons Picasso d'avoir probablement peint à contrecœur par-dessus cette œuvre, a également commenté Anthony Bourached. Ses œuvres de la période bleue finissaient souvent ainsi, car il était alors encore au début de sa carrière et les matériaux étaient chers.»

À lire aussi«Picasso abusait des femmes, comme Harvey Weinstein», selon l’artiste Olafur Eliasson

Le nu accroupi caché derrière Le Repas de l'homme aveugle n'est pas tout à fait étranger au corpus des œuvres de Picasso. Comme l'indiquent les deux chercheurs, la silhouette générale de la femme anonyme se retrouve dans quelques autres productions de l'artiste, comme dans La Vie, conservée au Cleveland Museum of Art, ainsi que dans divers croquis. Un indice possible des «affinités» que le peintre a pu avoir pour le modèle, suggèrent Anthony Bourached et George Cann. À moins qu'il ne s'agisse, d'une manière plus prosaïque, d'un des nombreux remplois du peintre alors en difficultés financières.

Malgré l'exploit technique, la femme accroupie reconstituée d'après le dessin original du Repas de l'homme aveugle n'a pas emballé le conservateur américain Gary Tinterow, qui avait supervisé la découverte en 2010 du vestige pictural caché dans le tableau de Picasso. «Je préfère regarder la spectroscopie, parce que je sais au moins que chaque trait y est de Picasso, a-t-il déclaré selon le Sunday Telegraph. Beaucoup des informations apportées par la reconstitution visuelle réalisée par l'intelligence artificielle, en revanche, ne paraissent pas correspondre à la patte de Picasso.» Qu'elle soit de Picasso ou d'une intelligence artificielle, la chimère nue de l'homme aveugle n'illuminera pas ses jours de sitôt.

Mots clés: