[L'industrie c'est fou] Ameca, un robot humanoïde au réalisme bluffant
Par amk, 02/02/2022

[L'industrie c'est fou] Ameca, un robot humanoïde au réalisme bluffant

Le dernier numéro

Imaginée depuis des dizaines d'années dans une multitude d'œuvres de science-fiction, l'arrivée de robots en tout point semblables aux êtres humains relève encore aujourd'hui du fantasme. Grâce aux progrès des technologies liées à la robotique, certains automates parviennent néanmoins à imiter leurs créateurs avec un réalisme de plus en plus impressionnant. Dans ce domaine, le robot Ameca surpasse tous ses concurrents.

Une marionnette sophistiquée

Afin de prouver les capacités son androïde, la start-up britannique Engineered Arts a dévoilé début décembre une courte vidéo de présentation. Au cours de celle-ci, Ameca semble s'éveiller avec perplexité, regarde ses mains en plissant le front, cligne plusieurs fois des yeux, puis salue la caméra en lui souriant. Parfaitement fluides et crédibles, les expressions de son visage gris sont stupéfiantes. La sensation de malaise habituellement éprouvée face à de telles créatures a (presque) entièrement disparu.

Contrairement aux robots de Boston Dynamics, cet humanoïde est en revanche incapable de danser ou du faire du parkour, puisqu'il ne possède pas de jambes pour l'instant. Ameca ne peut pas non plus engager la conversation avec ses interlocuteurs, il se contente d'exécuter des mouvements selon des programmes prédéfinis. En cela, il ressemble bien moins au robot philosophe du film I, Robot qu'aux meilleures marionnettes animatroniques de nos parcs d'attraction.

Manque de débouchés

L'équipe d'Engineered Arts, qui travaille également sur un autre projet similaire baptisé Mesmer, assure cependant que ses produits peuvent être utilisés par d'autres sociétés, spécialisées dans l'intelligence artificielle. Celles-ci n'auraient pas à se préoccuper de l'aspect technique, et pourraient ainsi se concentrer sur les algorithmes servant à rendre les réponses de leurs robots plus convaincantes. Le gynoïde Sophia, célèbre pour avoir obtenu la nationalité saoudienne en 2017, se montrerait sûrement encore plus bluffante si elle était équipée d'un visage aussi expressif que celui d'Ameca.

Bien qu'Elon Musk ait récemment annoncé vouloir lancer un prototype de robot humanoïde Tesla en 2022, le secteur peine à décoller. La pépite française Aldebaran, conceptrice des robots Nao et Pepper, n'a jamais vraiment su trouver son public, et l'automobiliste Honda a renoncé en 2019 à conquérir ce marché, faute de débouchés commerciales.

Mots clés: