24 Heures du Mans. Porsche précise ses choix techniques sur sa LMDh
Par amk, 29/11/2022

24 Heures du Mans. Porsche précise ses choix techniques sur sa LMDh

Elle a roulé pour la première fois il y a deux semaines, et désormais, dévoile ses choix techniques. La Porsche LMDh, qui devrait débuter à Daytona en 2023, entre maintenant dans sa phase de développement.

Ouest-France Guillaume NEDELEC. Publié le

Il y aura embouteillage de concurrents, en WEC, en 2023. Entre Porsche et Peugeot, qui désormais, testent leurs Hypercars, Audi qui va faire de même à partir de février, Ferrari en juin, sans oublier BMW, Acura ou Cadillac, qui doivent préciser leurs plannings, les prochains mois s’annoncent chargés.

Du côté de chez Porsche, on a pris un peu d’avance, en faisant rouler la voiture dès janvier, soit imsaen catégorie reine d’Endurance. À Weissach, sur la piste d’essais maison, le prototype dont la coque est construite par Multimatic, et qui sera confié à Penske Motorsport, a connu son baptême de la piste, sans rencontrer de soucis majeurs.

« Pour être honnête, ce fut un premier roulage très positif, estimait ainsi le Français Frédéric Makowiecki, pilote en charge des premiers tours de roues de la LMDh. Nous avons pu faire quelques tours et avons découvert que la voiture fonctionnait comme prévu. Nous avons maintenant un bon point de départ pour aller de l’avant. »

Sous le capot, c’est un V8 biturbo qui prendra place, associé à l’ensemble standard boîte-système hybride-batteries construit par X-Trac, Williams Advanced Engineering et Bosch : « Nous n’avions que l’embarras du choix avec le moteur de notre prototype LMDh, car la gamme de produits propose plusieurs unités de base prometteuses », explique Thomas Laudenbach, vice-président de Porsche Motorsport.

24 Heures du Mans. Porsche précise ses choix techniques sur sa LMDh

La gamme des moteurs de série Porsche comprend ainsi, un V8, un V6 (vus sur le Cayenne et la Panamera), un six cylindres à plat (l’architecture traditionnelle de la 911) et même un petit quatre cylindres (sur le Boxster). « Nous avons opté pour le V8 biturbo, qui, selon nous, offre la meilleure combinaison de performances, de poids et de coûts. Le lancement du programme de test actif a été une étape importante pour le projet. »

« Le moteur nous a impressionnés »

Les contraintes techniques sont assez libres, avec le nouveau règlement LMDh. Ainsi, si le nombre de cylindres ou la cylindrée sont à décider par le constructeur, l’ensemble complet du moteur doit peser au minimum 180 kg, offrir un régime maximal de 10 000 tours/minute, tout en ne dépassant pas un volume de bruit de 110 décibels. La puissance, elle doit se situer entre 653 et 707 chevaux. Ceci afin d’offrir une marge pour la fameuse balance des performances. « Lors de ces premières journées d’essais à Weissach, le V8 biturbo nous a impressionnés à tous égards. Nous sommes convaincus d’avoir choisi précisément la bonne unité », estime Urs Kuratle, le chef de projet global LMDh chez Porsche Motorsport. Une phrase pas anodine, quand on sait qu’Audi partira sur la même base technique, et que Lamborghini devrait en faire de même, prochainement.

Il précise également avoir commencé la collaboration avec Penske : « Le déploiement de la LMDh a également été la première sortie sur piste pour Porsche Penske Motorsport. L’équipe a bien travaillé dès le début. Cela démontre un haut niveau de professionnalisme dans tous les domaines. Après tout, les exigences opérationnelles pour le fonctionnement sûr d’un véhicule hybride sont très élevées. »

Et d’envisager, désormais, d’envisager la suite : « Lors des prochaines sorties, nous nous concentrerons sur l’approfondissement des processus et procédures requis. » En somme, déjà anticiper le travail sur la performance. Cela promet pour 2023.

Partager cet article 24 Heures du Mans. Porsche précise ses choix techniques sur sa LMDhOuest-France.fr
Mots clés: