Un second PC, du machine learning pour piloter sa souris… et tricher dans les FPS sans être pris
Par amk, 23/09/2022

Un second PC, du machine learning pour piloter sa souris… et tricher dans les FPS sans être pris

Clément Bartholomé 12 août 2021 à 16h2853

« Indétectable » et donc « inévitable » selon ses créateurs, ce logiciel de triche utilisant le machine learning s’est attiré les foudres d’Activision.

Mis en lumière par l’Anti-Cheat Police Department, le logiciel User Vision Pro permet de tricher sur n’importe quel jeu de tir à la première personne non seulement sur PC, mais aussi sur consoles. On vous explique son fonctionnement.

Lire aussi : La police chinoise arrête un business de triche de jeux vidéo estimé à 76 millions de dollars

Une aide à la visée intelligente

Ce nouveau logiciel ne demande aucune modification au niveau software ou hardware, ce qui le rend de fait impossible à détecter. Concrètement, il analyse l’image en temps réel grâce à un algorithme de détection d’objets afin d’aider le joueur à éliminer ses adversaires en un clin d'œil.

Ci-dessus le logiciel de détection utilisé comme base du programme de triche.

Un second PC, du machine learning pour piloter sa souris… et tricher dans les FPS sans être pris

Dans le cas d’un FPS comme Call of Duty Warzone, il suffit simplement de viser vaguement dans la zone encadrée à l’écran (comme illustré dans le tweet en haut d'article), et le logiciel s’occupe du reste. Dès qu’une cible valide apparaît, la visée et le tir se font automatiquement.

La force de ce logiciel est de s’exécuter sur un PC séparé, relié à la console ou au PC qui fait tourner le jeu via une carte de capture ou le streaming en réseau. En étant présent sur une deuxième machine qui analyse les images du jeu en direct, le logiciel est donc difficilement détectable par les solutions anti-triche.

Le développement du logiciel stoppé par Activision

L’éditeur de Call of Duty fait partie des firmes qui mettent de gros moyens en place pour lutter contre le fléau de la triche. Depuis le lancement de Call of Duty Warzone en mars 2020, plus de 500 000 tricheurs ont été bannis. À mesure que les technologies liées à l’intelligence artificielle deviennent plus puissantes et accessibles, les développeurs vont devoir redoubler de vigilance.

L’apparition de ce logiciel redoutablement efficace a soulevé bon nombre d’inquiétudes. Pour Anti-Cheat Police Department, « les consoles ne sont plus un espace sûr pour jouer de façon légitime à vos jeux. » Il n’aura toutefois pas eu le temps de sévir : ses créateurs ont annoncé qu’ils ne travailleront plus dessus « à la demande d’Activision ».

Lire aussi : PlayStation 5 : Denuvo devient le nouveau partenaire anti-triche de Sony

Source(s) : ArsTechnica

Mots clés: