Un avion Extra 330LC de l’Équipe de voltige de l’armée de l’Air contraint à un atterrissage d’urgence dans un pré
Par amk, 23/01/2023

Un avion Extra 330LC de l’Équipe de voltige de l’armée de l’Air contraint à un atterrissage d’urgence dans un pré

PartagezTweetezPartagezEnregistrer

L’Équipe de voltige de l’armée de l’Air [EVAA] devra se passer de son avion Extra 330LC [biplace] pendant quelques temps. En effet, le 17 octobre, après avoir pris part à son dernier meeting aérien de la saison, au-dessus de la baie de Saint-Jean-de-Luz et lors d’un vol retour vers Salon-de-Provence, le très expérimenté capitaine Alexandre Orlowski, le commandant de cette unité, et son mécanicien, ont dû se poser en urgence dans un champ situé dans les environs de Mirande [Gers], en raison d’une panne de son moteur.

« Une opération de sauvetage a immédiatement été déclenchée. La gendarmerie de l’Air et de l’Espace est saisie de l’enquête qui est confiée au Bureau Enquête Accident pour la sécurité de l’aéronautique d’Etat [BEA-é] », a précisé l’État-major des armées [EMA], dans un bref communiqué.

Le capitaine Orlowski et son mécanicien n’ont pas été blessés. En revanche, leur Extra 330LC a subi quelques dégâts, notamment au niveau du train d’atterrissage.

Un avion Extra 330LC de l’Équipe de voltige de l’armée de l’Air contraint à un atterrissage d’urgence dans un pré

Sans moteur, la manoeuvre effectuée par le capitaine Orlowski a évidemment été très délicate, d’autant plus qu’il lui fallait repérer rapidement un lieu où poser son avion. Il « a réussi à en trouver un qui avait la bonne taille, un petit peu de pente aussi et il s’est posé aux limites de l’avion », c’est à dire à la vitesse de décrochage, a expliqué le colonel Stéphane Spet, le porte-parole de l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE], à l’AFP.

Le terrain aura donc été un champ, situé au lieu-dit l’Escalet. Son propriétaire a raconté la scène au quotidien La Dépêche. « C’est plutôt inattendu. J’ai eu peur pour ma maison qui est si près. Je m’en souviendrais longtemps. J’ai rencontré l’équipage sain et sauve, mais un peu secoué par ce qui venait de leur arriver », a-t-il témoigné. L’Extra 330LC, placé sous surveillance militaire, devrait être enlevé d’ici trois jours.

Le capitaine Orlowski est ce qu’on appelle, dans le jagon aéronautique, un « moustachu », voire un « chibani ». Breveté pilote de chasse en 2004, passé par les escadrons 1/2 « Cigognes » [Mirage 2000-5] et 2/2 « Côte d’Or » [Alphajet], il est affecté à l’EVAA depuis 2011. Il est champion de France en titre et ex-champion du monde de voltige aérienne.

Pour rappel, l’Extra 330LC est doté d’un moteur Lycoming 6 cylindres à plat développant 330 ch. « Cette mécanique fiable et éprouvée permet une réaction quasi immédiate lors de la mise plein gaz ou de leur réduction par le pilote », est-il expliqué dans la plaquette de présentation de l’EVAA.

Photo : Extra 330 © Équipe de voltige de l’armée de l’Air

Mots clés: