Mort d’Emiliano Sala. Le dernier vol du joueur de foot étudié à la loupe
Par amk, 25/08/2022

Mort d’Emiliano Sala. Le dernier vol du joueur de foot étudié à la loupe

On n’avait de lui qu’une seule photo, prise devant un avion, les cheveux hirsutes et le regard hagard. Ce lundi 18 octobre, devant la Cardiff Crown Court, on découvre un homme élancé vêtu d’un costume bleu, sa mèche blanche coiffée sur le côté.

Lire aussi : Mort du footballeur Emiliano Sala : cinq questions sur le procès du propriétaire de l’avion

À la pause déjeuner, en l’observant dans la cafétéria du tribunal, mangeant un sandwich et des chips avec son épouse, on pourrait le penser détendu. Mais à la sortie du box des accusés, au terme de ce premier jour de procès, son regard sombre et ses gestes nerveux trahissent son angoisse.

Licence expirée

David Henderson est poursuivi par la Civil aviation authority, garant de l’aviation civile au Royaume-Uni. Il est celui qui a arrangé, pour le compte de l’agent Mark McKay, le transport du footballeur Emiliano Sala entre Cardiff et Nantes, le 21 janvier 2019. Le vol lui avait été proposé directement mais il assure qu’il avait prévu, ce week-end-là, une escapade parisienne avec son épouse. David Henderson a donc proposé à un pilote amateur, David Ibbotson, d’assurer le vol à sa place.

Or, conteste la Civil aviation authority, ni l’avion ni David Ibbotson n’étaient habilités à assurer un vol commercial. De plus, la licence de David Ibbotson était expirée depuis novembre 2018 et ce pilote n’avait pas l’habilitation pour voler de nuit, surtout avec une météo aussi mauvaise que celle de ce 21 janvier 2019.

Un avion en état ?

Mort d’Emiliano Sala. Le dernier vol du joueur de foot étudié à la loupe

Ce procès, qui doit durer deux semaines, va donc se pencher sur ce vol. David Ibbotson était-il suffisamment qualifié pour l’assurer ? Pour la défense, ses quelque 3 000 heures de vol faisaient de lui un pilote tout à fait compétent. Mais la cour devra également se pencher sur l’état même du Piper PA-46-310P Malibu. On se souvient de ce message d’Emiliano Sala, envoyé via WhatsApp à ses proches : « Je suis dans l’avion, on dirait qu’il va tomber en morceaux et je pars pour Cardiff ».

L’aéronef était-il en état d’effectuer cette traversée de la Manche une nuit de mauvais temps ? L’autopsie menée sur le cadavre d’Emiliano Sala, repêché quelques semaines après le crash, a montré une forte intoxication au monoxyde de carbone laissant penser à une fuite au niveau du système d’échappement de l’avion. Un défaut d’entretien ? Sur ce point, le témoignage de la propriétaire du Piper Malibu, prévu mercredi, est attendu. Tout comme celui du mécanicien attitré de l’avion. David Henderson, lui, ne devrait prendre la parole qu’en début de semaine prochaine. Après plus de deux ans de silence.

Partager cet article Mort d’Emiliano Sala. Le dernier vol du joueur de foot étudié à la loupeOuest-France.fr
Mots clés: