Le Japon s'allie à Airbus pour faire décoller les taxis volants
Par amk, 13/09/2022

Le Japon s'allie à Airbus pour faire décoller les taxis volants

Le Japon vient de former un groupe de travail avec 21 entreprises et organisations pour accélérer le lancement d'un taxi volant urbain. Airbus en fait partie aux côtés de Boeing ou encore de Toyota. Objectif : ouvrir le service dans les 10 ans.

Le Japon ne veut pas laisser passer le train des taxis volants. Ce mode de transport révolutionnaire est en pleine phase de développement avec de nombreuses sociétés qui développent chacune leur prototype. Airbus a été un des premiers à se lancer dans cette course, ce qui peut expliquer que Tokyo ait choisi le groupe toulousain pour intégrer un groupe de travail international.

Une vitesse de 120 km/h

Composé de 21 entreprises et organisations, il doit permettre à l’archipel de faire entrer en service commercial ces taxis volants d’ici dix ans. On retrouve aussi Boeing, le leader des VTC, Uber, mais aussi des Japonais comme NEC, Toyota ou Japan Airlines.

La plupart des acteurs travaillent déjà sur des projets de drones taxis. Airbus a récemment présenté son modèle baptisé CityAirbus. Capable d’embarquer quatre passagers, le drone approchera un poids de deux tonnes pour une vitesse d’environ 120 km/h. Sa mission est clairement urbaine pour s’affranchir des bouchons qui congestionnent les métropoles mondiales.

Le Japon s'allie à Airbus pour faire décoller les taxis volants

CityAirbus trouvera par exemple un terrain de jeu idéal pour les liaisons entre les aéroports et les centres-villes. La course maximale ne pourra pas dépasser une distance de trente kilomètres. Loin d’être de la science-fiction, CityAirbus est déjà bien réel.

Faire évoluer la législation

L’« iron bird », littéralement oiseau de fer, c’est-à-dire une sorte de maquette reproduisant la structure électrique et les systèmes de l’aéronef a déjà été mise sous tension dans l’usine allemande de Taufkirchen. Cette étape permet notamment de tester les quatre moteurs électriques du CityAirbus avant un premier vol qui pourrait intervenir sur un prototype d’ici la fin de l’année 2018.

Si le Japon s’entoure de l’état de l’art en matière de taxi volant c’est surtout pour réfléchir à l’évolution de la législation. Concrètement : comment insérer en toute sécurité ces nouveaux aéronefs dans l’espace aérien, sans créer de risques pour les populations et les passagers ?

Altitude, vitesse, zones d’atterrissage, etc. Tous les paramètres pour des vols en sécurité seront explorés. Certaines grandes villes mondiales ont déjà mis en place ce principe de navettes aériennes urbaines, mais avec des hélicoptères. Il s’agit notamment de Sao Paulo au Brésil ou de New York. Les contraintes sont sensiblement les mêmes pour les drones qui, point positif, sont beaucoup moins bruyants.

Pas de pilote à bord !

Ces taxis sont bel et bien conçus pour être autonomes c'est-à-dire sans pilote. Les premiers tests et les vols d'essais s'effectueront d'ailleurs sans personne aux commandes. L'idée est de permettre au client d'entrer sa destination grâce à son smartphone. L'intelligence de bord fera le reste pour l'acheminer à bon port. Toutefois, face à la réticence de certains clients de se laisser conduire par une machine, un pilote sera présent lors des débuts de l'exploitation commerciale. Le prix de la course pourrait coûter moins cher qu'un VTC d'aujourd'hui.

Mots clés: