No Time To Die pourrait bien être le film hollywoodien le plus rentable de l'année
Par amk, 11/09/2022

No Time To Die pourrait bien être le film hollywoodien le plus rentable de l'année

Le week-end du 21 novembre a marqué une étape importante dans le cheminement de Mourir peut attendre au cinéma, rapporte Variety . Le dernier James Bond a dépassé les 730 millions de dollars de recettes mondiales, faisant ainsi de la production le film hollywoodien le plus rentable de l'année et le plus performant au box-office depuis la crise sanitaire.

Rappelons que le film a coûté plus de 250 millions de dollars à produire, pas moins de 100 millions de dollars ont été dépensés pour la promotion et des dizaines de millions de plus afin de le reporter de plusieurs mois. C'est pourquoi de nombreuses sources proches de la production pensaient que le long-métrage aurait des difficultés à atteindre son seuil de rentabilité, qui avoisine les 900 millions de dollars, et risquerait même de perdre 100 millions de dollars.

À lire aussi«Et si James Bond était une femme»? Élisabeth Moreno lance la réflexion

Cette information a rapidement été niée par un porte-parole de MGM, le studio de production derrière ce James Bond, dont les propos ont été recueillis par Variety : «Des sources anonymes et mal informées suggérant que le film perdra de l'argent sont absolument infondées et ne sont pas vraies. Le film a largement dépassé nos estimations pour les salles de cinéma pendant cette période, devenant le film hollywoodien le plus rentable sur le marché international, dépassant “Fast and Furious 9” en tant que film hollywoodien le plus rentable depuis le début de la pandémie. Avec la sortie du film en streaming, qui a déjà fait un excellent score au niveau du visionnage à domicile, tout en continuant à se maintenir en salle, “No Time To Die” va rapporter un bénéfice à MGM, à la fois en tant que titre de film et en tant que faisant partie de l'incroyable bibliothèque de MGM.»

À VOIR AUSSI - Cinéma: faut-il aller voir le dernier James Bond ?

No Time To Die pourrait bien être le film hollywoodien le plus rentable de l'année

Si l'on compare Mourir peut attendre aux James Bond précédents, il a rapporté plus d'argent que Casino Royale en 2006, avec 616 millions de dollars et Quantum of Solace en 2008 et ses 589 millions de dollars. Toutefois, il est nettement inférieur à ses deux prédécesseurs. Skyfall a rapporté 1,1 milliard de dollars et Spectre, 880 millions de dollars. Si au box-office national, un James Bond de Daniel Craig n'a jamais aussi peu fonctionné, sa présence sur les plateformes de streaming, telles que Amazon Prime Video et Diney Plus, après 31 jours en salle, lui a permis de prospérer.

À lire aussiLe très testostéroné (et très cher) Dwayne Johnson candidat pour endosser le rôle de James Bond

L'industrie du cinéma en pleine crise

Le fait même d'envisager que le dernier James Bond puisse ne pas être rentable est assez révélateur de la dure réalité à laquelle sont actuellement confrontés les films à gros budget et plus globalement l'industrie du cinéma, qui peine à se relever. Les derniers Marvel tels que Shang-Chi et la légende des dix anneaux , Les Éternels , Suicide Squad ou encore le dernier Christopher Nolan Tenet connaissent des pertes avoisinant les dizaines de millions de dollars. Quant à l'un des films les plus attendus de cette fin d'année, Le dernier duel , réalisé par Ridley Scott, lui aussi est dans le négatif. Pour une production à plus de 100 millions de dollars, le long-métrage n'a rapporté que 27,4 millions de dollars dans le monde. La crise sanitaire a également changé la manière d'envisager le cinéma. En effet, la pandémie est survenue à une période où de nombreuses sociétés de médias, telles que Disney, CBS ou encore WarnerMedia, lançaient leurs propres services de streaming. C'est pourquoi de nombreux films, dans le but d'être plus lucratif, sont sortis tout à la fois au cinéma et sur les plateformes de streaming, réduisant considérablement la rentabilité au box-office. La juste limite reste encore à être trouvée.

Mots clés: