Ouganda : les chimpanzés, privés de leur habitat, s'en prennent aux Hommes
Par amk, 28/02/2022

Ouganda : les chimpanzés, privés de leur habitat, s'en prennent aux Hommes

J’ai pris cette photo au travers de la fenêtre d’une maison abandonnée dans un village de l’ouest de l’Ouganda. Alors que je l’observais, un chimpanzé (Pan) sauvage a pénétré dans le jardin, suivi d’un autre. Même s’ils fixaient les fenêtres, je savais qu’ils ne pouvaient pas me voir derrière le verre réfléchissant. Fort heureusement.

Au cours de précédentes missions sur le terrain, j’ai été entouré de dizaines de chimpanzés sauvages et j’ai pu les observer de près. Pourtant, avant cette mission en 2017, me cacher ne m’avait jamais traversé l’esprit. Je n’aurais jamais imaginé écrire une telle phrase.

C’était avant que je rencontre la famille Semata. J’ai pu constater combien l’épuisement des terres et des forêts ainsi que la pénurie de nourriture et de semences pouvaient déclencher une compétition entre les primates vivant à l’intérieur des maisons et ceux du monde extérieur.

Depuis toujours, je me sens comme chez moi dans la nature. Après l’université, j’ai travaillé pendant huit ans comme biologiste de terrain, spécialisé dans les chouettes tachetées (Strix occidentalis) au parc national de Yosemite, les mammifères marins des côtes africaines et les chimpanzés sauvages du parc national de Kibale, en Ouganda. Le projet de recherche sur le long terme du primatologue Richard Wrangham dans cette réserve visait à comprendre les comportements des chimpanzés sauvages et les potentielles conséquences environnementales et anthropologiques sur ces derniers.

Pendant la majeure partie de l’année 2011, j’ai suivi des chimpanzés habitués à la présence humaine. Après des décennies de rencontres impartiales avec leurs observateurs, ces animaux étaient en confiance. Puisqu’ils n’avaient jamais été ni nourris ni blessés directement par un humain, ma présence leur était indifférente.

Toutefois, comme l’a confirmé la recherche de M. Wrangham, le comportement change en fonction des circonstances, aussi bien pour les humains que pour les chimpanzés. Tout comme nous, les chimpanzés s’adaptent pour exploiter de nouvelles sources de nourriture si celles dont ils disposaient disparaissent. Aussi, comme les Hommes, les chimpanzés sont des omnivores prêts à défendre leur territoire face aux autres groupes de leur espèce. Ils comprennent la notion d’agression. Lancez une pierre sur un chimpanzé habitué et, souvent, il vous en enverra une en retour. À moins que vous ne soyez plus imposant ou en plus grand nombre, les chimpanzés ayant été attaqués vous attaqueront à leur tour. S’ils en ont l’occasion, ils chasseront pour se procurer de la viande.

Six ans après avoir travaillé en Ouganda en tant que biologiste de terrain, j’y suis retourné cette fois-ci en tant que photographe de la faune sauvage et de la conservation. Ma mission pour National Geographic, aux côtés de l’auteur David Quammen, était de relater l’histoire du conflit entre humains et chimpanzés.

Mots clés: