Qui est Wally Funk, qui partira dans l’espace avec Jeff Bezos ?
Par amk, 15/12/2022

Qui est Wally Funk, qui partira dans l’espace avec Jeff Bezos ?

Le 20 juillet, si tout va bien, Mary Wallace Funk, 82 ans, sera aux côtés du milliardaire américain Jeff Bezos pour le premier vol habité de sa capsule spatiale New Shepard. La native de Las Vegas deviendra alors la personne la plus âgée à être allée dans l’espace, battant le record de l’astronaute et sénateur américain John Glenn. Ce dernier avait effectué un ultime vol à bord de la navette spatiale Discovery en 1998, à 77 ans. Pour Mary Wallace, dite « Wally », le vol privé aux côtés de Jeff Bezos est une belle revanche sur l’histoire.

Début des années 1960. L’agence spatiale américaine, la Nasa, recrute ses premiers astronautes pour ne pas se laisser distancer par l’Union soviétique. Prérequis non négligeable : ils doivent être des pilotes qualifiés de l’armée. Un poste inaccessible pour les femmes, qui se retrouvent exclues de fait de la course à l’espace.

→ RELIRE. Pour ses futurs spationautes, l’Europe recherche des femmes

Qui est Wally Funk, qui partira dans l’espace avec Jeff Bezos ?

William Randolph Lovelace, médecin militaire, est choisi pour développer des tests physiques et psychologiques afin de sélectionner les meilleurs des meilleurs. Ami proche de Jacqueline Cochran, première femme à avoir franchi le mur du son, le médecin se demande si des femmes réussiraient les tests et, plus généralement, comment se comporterait la biologie féminine en l’absence de gravité.

Les Mercury 13, un programme stoppé net

Officieusement et sans qu’aucun programme ne soit défini par la Nasa, Randy Lovelace sélectionne donc plusieurs femmes pilotes, et les invite à passer les épreuves auxquelles se soumettent Alan Shepard, John Glenn et leurs compères. Grâce au bouche-à-oreille, une vingtaine de femmes, cumulant parfois plus d’heures de vols que leurs homologues masculins, se présente en catimini entre 1960 et 1961. À 22 ans, Wally Funk, forte tête et aviatrice hors pair, est la plus jeune des 13 sélectionnées, un groupe que l’histoire surnommera, des années plus tard, les « Mercury 13 ».

Le programme féminin, entièrement financé par les fonds privés des Cochran, bute sur la phase finale des tests. Pour s’essayer à l’apesanteur, il faut utiliser les installations militaires. Et si la Nasa peut fermer les yeux sur ces recherches tant qu’elles n’impliquent que Randy Lovelace, hors de question d’aller plus loin. Moins de deux ans après les débuts, les essais pour sélectionner des femmes astronautes s’arrêtent brutalement.

Rejoindre l’espace ? « Enfin ! »

Wally Funk, de son côté, retenta sa chance pour rejoindre le corps des astronautes à la fin des années 1970, lorsque la Nasa se décida enfin à recruter des femmes. Mais faute d’un diplôme d’ingénieur ou d’une carrière militaire, elle fut à nouveau recalée. La passionnée de voitures anciennes devint finalement la première inspectrice féminine de l’agence américaine de l’aviation, la FAA.

→ RELIRE. La Nasa choisit SpaceX pour sa prochaine mission habitée vers la Lune

Apprenant qu’elle allait rejoindre l’espace, Wally Funk s’est écriée « enfin ! ». « Ils m’ont dit que j’avais fait le travail mieux et plus vite que n’importe lequel des hommes, raconte-t-elle dans une vidéo postée sur le compte Instagram de Jeff Bezos, jeudi 1er juillet. Mais personne ne voulait me prendre. Je ne pensais pas que j’irais là-haut un jour. »

Mots clés: