« Avec Propuls, nous voulons déployer l'usine du futur dans les PME en six mois ! »
Par amk, 16/11/2022

« Avec Propuls, nous voulons déployer l'usine du futur dans les PME en six mois ! »

LA TRIBUNE - Qu'est-ce que Propuls ?

Pierre LOONIS - C'est le 2e étage de la fusée de l'usine du futur en Nouvelle-Aquitaine. Formellement, c'est une association créée au printemps 2021 pour répondre à un appel à projets du Programme d'investissement d'avenir (PIA) sur les plateformes d'accélération de l'usine du futur. Propuls a été le 1er lauréat et se voit doté d'un budget de près de 11,7 millions d'euros sur cinq ans, dont 3,5 millions apportés par le PIA, 1,7 million par la Région Nouvelle-Aquitaine et le reste par le privé. L'objectif étant de cofinancer des initiatives industrielles privées et donc majoritairement financées par le privé.

Quel sera le rôle de cette nouvelle plateforme dans un paysage déjà bien fourni en structures publiques d'accompagnement des entreprises ?

L'objectif est d'être un catalyseur du soutien public en jouant un rôle de pilotage en collaboration avec les nombreux outils et structures existants dans la région. Il y a déjà des outils de diagnostic et d'amorçage pour l'usine du futur mais le passage à l'acte concret est plus compliqué. C'est à cette étape là que nous intervenons quand il s'agit d'aller au-delà de l'intention et d'établir des cahiers de spécifications techniques très fins et très opérationnels pour déployer réellement des outils et solutions de modernisation dans les usines. On veut donner de la cohérence aux ressources publiques et au travail de la centaine de chargés de mission qui sillonnent le territoire à la rencontre des entreprises.

De quoi parle-t-on très concrètement ? Quels sont les cas d'usages que vous envisagez ?

« Avec Propuls, nous voulons déployer l'usine du futur dans les PME en six mois ! »

L'objectif est de favoriser l'utilisation par les entreprises industrielles des technologies les plus modernes dans la prise de décision industrielle et/ou dans le processus de fabrication. Concrètement, pour la partie logicielle, on parle de numérique, de collecte, de traitement et de stockage des données, d'intelligence artificielle et d'algorithme, d'objets connectés, de réseaux internes, de cybersécurité, d'interaction homme-machine, etc. Ce ne sont pas des outils que l'on trouve aujourd'hui dans la majorité des PME néo-aquitaines et française ! Pour la partie matérielle, le hardware, on parle de robots, de réalité augmentée, de robots mobiles, à l'instar de ceux proposés par Exotec, de systèmes de caméras et de capteur, de maintenance prédictive, d'impression 3D, etc.

Lire aussi 1 mn[REPLAY] Qu'est-ce que la maintenance prédictive ? Pour qui ? Pourquoi ?

Quelles entreprises ciblez-vous et avec calendrier ?

Ce sont typiquement des grosses PME, à partir de 50 salariés, et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) jusqu'à 5.000 salariés qui ont déjà réfléchit au sujet et réalisé un diagnostic de leurs besoins. Parce que l'objectif est bien d'être opérationnel. Nous ferons peu de recherche fondamentale, nous allons plutôt travailler sur l'intégration concrète dans les entreprises de technologiques et solutions matures. Nous aiderons à lever les obstacles techniques, à proposer des schémas d'intégration et à élaborer des cahiers de spécifications techniques en lien avec quatre centres techniques de la région : le CEA Tech, le Cetim, Tecnalia et Composites Adour. On veut aller vite en déployant les solutions nouvelles auprès des salariés des PME entre trois mois et un an, six mois en moyenne !

À retenir


Lire aussi 17 mnBook Eco 2020 : dans l'usine du futur, hommes et robots condamnés à s'entendre

Propos recueillis par Pierre Cheminade

5 mn

Partager :

Mots clés: