La voiture plus écologique que la vélo ? - Environnement auto
Par amk, 19/12/2022

La voiture plus écologique que la vélo ? - Environnement auto

JEAN-LUC MOREAU – DROIT DE RÉPONSE (mise à jour du 11 juin 2015) :

Il est sans doute nécessaire d’apporter quelques précisions sur notre article qui fait couler beaucoup d’encre. Tout d’abord, le propos n’était pas de prouver que la voiture est plus écologique que le vélo… Il était de vous d’interpeller. Et on peut dire que l’objectif a été atteint au-delà de nos espérances !

Avec ces calculs alambiqués (dont les infos de base sont aisément vérifiables sur Internet) l’idée était de faire prendre conscience à tout un chacun qu’il n’existe pas une bonne et une mauvaise solution lorsqu’on parle de transports. Tous ont des avantages et tous ont des inconvénients. Tous ces chiffres démontrent que, contrairement aux idées reçues, avec une approche globale qui tient compte du bilan carbone de la nourriture consommée par un cycliste, son impact en matière de gaz à effet de serre n’est pas nul. Certes, notre cycliste peut aussi cultiver des légumes dans son jardin, élever des poules, pécher ou chasser en chemin et ses rejets de CO2/km seront alors minimes. Mais, est-ce un cas de figure fréquent ?

À l’inverse, on stigmatise sans doute trop l’automobile. Certes, elle émet des polluants locaux nocifs pour la santé mais leur niveau est devenu extrêmement faible pour les véhicules qui répondent à la norme euro 6. Certes, on voit plus souvent un véhicule avec une seule personne au volant qu’avec 5 passagers à bord. Mais, l’accuser de tous les maux est très exagéré. Les voitures récentes, comme notre Peugeot 208 BlueHDI, fabriquées dans des usines aux normes environnementales strictes, aisément recyclables et économes en carburant ne sont pas, même dans une approche globale, d’épouvantable machines à émettre du CO2.

D’ailleurs en France, selon les sources, les véhicules particuliers ne seraient responsables que de 15 à 18 % des émissions totales de CO2. Pas de quoi jeter le bébé avec l’eau du bain…

La voiture plus écologique que la vélo ? - Environnement auto

Nous pensons que, même si vous ne partagez pas notre avis, cet article aura au moins eu le mérite de vous faire réfléchir sur la question. Rien n’est tout noir, rien n’est tout blanc… C’est bien de secouer les esprits de temps en temps pour le rappeler. Pour finir, nous ajouterons qu’il est assez jubilatoire de se faire traiter de « débiles » par Libération, un journal qui n’a pas hésité, il y a quelques années, à publier un article dont les conclusions étaient que la voiture électrique pollue plus que le diesel (voir l’article ici) !

____________________________________

Depuis toujours, le vélo est présenté comme un mode de déplacement respectueux de l’environnement et l’automobile comme un moyen de transport polluant, responsable du réchauffement climatique, notamment. Du reste, on ne parle plus, aujourd’hui, de chevaux vapeur, mais d’émissions de CO2, à l’image de la nouvelle Peugeot 208 1.6 HDI affichant fièrement ses 79 g/km.Encore trop aux yeux des écologistes radicaux militant pour le remplacement, pur et simple, de l’auto par le vélo. Certes, c’est bon pour la santé, ça ne produit pas de polluants locaux (CO, NOx, Pm), mais ce n’est pas très rentable en matière de CO2.

Oublions le gaz carbonique émis par notre respiration normale, soit 50 g/h, et prenons l’exemple d’un cycliste de bon niveau : un homme de 70 kg, dont le vélo et l’équipement complet pèsent 20 kg, et qui se déplace sur une route plate, sans vent, par une température de 20°C, à une vitesse de 30 km/h. Pour fournir cet effort, il développe une puissance de 200 W (les coureurs du Tour de France dépassent les 400 W).

S’il parcourt 100 km, il va donc rouler 3 h 20 et utiliser 666,6 Wh d’énergie. Compte tenu du rendement du métabolisme humain (environ 25 %), il lui faut l’équivalent de 2,67 kWh d’alimentation pour effectuer une telle distance. Et c’est là que l’affaire se complique. Si notre cycliste puise sa force dans la viande, et sachant qu’un kilo de bœuf haché fournit 2,9 kWh d’énergie, il doit donc en manger 0,917 kg pour réaliser son parcours. Pour peu qu’il s’agisse de bœuf importé du Brésil (le premier producteur mondial), son bilan carbone devient simplement épouvantable.

Le vélo pire que l’auto mais mieux que la course à pied ?

Selon l’International Journal of Life Cycle Assessment, la revue de référence dans le domaine des analyses de cycle de vie, la consommation de 0,917 kg de bœuf provenant du Brésil contribue à émettre 307 kg de CO2, soit 3 070 g/km… lorsqu’une Ferrari LaFerrari de 963 ch émet 330 g/km ! Notre cycliste peut aussi manger du bœuf français, me direz-vous. Dans ce cas, toujours selon l’IJLCA, les émissions de CO2 tombent à 20 kg pour parcourir 100 km, soit 200 g/km… comme une Porsche 911 Carrera !

Si sa conscience écologique lui interdit le bœuf, notre cycliste peut se tourner vers le poulet, la viande dotée de la plus faible empreinte carbone (6,2 kg de CO2 par kilo). Un kilo de poulet contenant 2,54 kWh d’énergie, il doit en manger 1,05 kg pour son périple, soit 65 g/km de CO2. Enfin, si ce sportif se nourrit exclusivement de… tofu, l’aliment possédant la plus faible empreinte carbone de tous (3,8 kg de CO2 par kilo), mais à la contenance énergétique faible (1,65 kWh/kg), il devra en manger 1,61 kg.

Au final, son bilan CO2 (61,2 g/km) sera à peine meilleur qu’avec le poulet ! C’est mieux que les 79 g/km de la 208 HDI, sauf que celle-ci peut transporter cinq personnes. Ce qui ramène les émissions de CO2 à 15,8 g/km par individu. Même en tenant compte du cycle de vie complet du véhicule (sa fabrication, son recyclage et son carburant avec raffinage, prospection et transport), notre Peugeot émet, au total, 103 g/km de CO2, soit 20,6 g/km par passager. C’est encore trois fois moins que le cycliste !

L’usage du vélo n’est donc pas plus efficace que l’automobile pour lutter contre le réchauffement climatique. Et c’est pire encore pour la course à pied…

A voir également :

Écologie – Pics de pollution : un mensonge d’État

Santé – Les particules diesels ? Pas cancérigènes !

Biocarburant : l’éthanol en 6 questions

Mots clés: