L'amende pour la fraude au péage passe à 375 euros minimum
Par amk, 29/05/2022

L'amende pour la fraude au péage passe à 375 euros minimum

La législation se durcit avec des amendes 5 fois plus élevées alors que les péages sans barrière commencent à se développer

375 € d'amende, frais de dossiers remontés à 90 €, 7.500 € pour les récidivistes...

Les expérimentations de péages sans barrière ont commencé en France afin de fluidifier la circulation aux sorties et gagner du temps sur les routes. Seulement voilà, on constate toujours des fraudes sur les autoroutes. Alors avant de se lancer dans une généralisation de ces péages "Free Flow", les pouvoirs publics viennent d'acter le durcissement des mesures de lutte contre la fraude et pas qu'un peu.

La combine est très simple : au moment de passer la barrière de sortie, il suffit de se coller au véhicule devant soit ou de passer à deux motos de front pour franchir le péage sans sortir son portefeuille. En cas d'infraction constatée, on risquait jusqu'à présent une amende de 75 euros.

L'amende pour la fraude au péage passe à 375 euros minimum

Ce montant d'amende appartient désormais au passé puisqu'un arrêté paru mercredi au Journal officiel vient de faire passer la contravention pour ce type d'infraction de la 2e catégorie à la 4e catégorie, autrement dit un PV de 375 euros ! À ce montant il faudra bien entendu ajouter celui du coût du péage qui aurait dû être acquitté. Les sociétés d'autoroutes vont également en profiter puisque les "frais de dossiers" passent eux aussi de 20 à 90 euros. Autrement dit, frauder au péage coutera au moins 465 euros en plus du tarif du trajet.

Cela vaut pour les péages à barrières. Pour ceux qui en sont dépourvus la règle est un peu moins dure. En cas de non-paiement, le conducteur aura 15 jours pour s'acquitter du péage avec 10 euros de frais de dossier, une somme qui montera à 90 euros ensuite puis passera à 375 € au bout de 45 jours.

La nouvelle règlementation prévoit également de frapper plus durement les récidivistes puisqu'en cas de non-paiement de cinq contraventions durant une période de 12 mois, le conducteur écopera d'une amende de 7.500 euros. Et là, il ne sera pas question d'essayer de vendre son véhicule puisque dans pareil cas la cession de celui-ci sera bloquée jusqu'à acquittement des sommes dues.

Enfin, les conducteurs étrangers ne seront pas épargnés puisqu'à l'image de ce qui se fait pour les infractions détectées par les radars automatiques, les États membres échangeront dès octobre les informations sur les fraudeurs aux péages.

Plus d'infos sur les autoroutes

Mots clés: